Co-création

Et si on réflechissait tous ensemble

Face à des défis urbains croissants, le Fonds Kirchberg a mis en place une nouvelle approche de conception, la co-création. De plus en plus répandue dans l’industrie, elle définit l’innovation en tant que processus ouvert qui rassemble toutes les parties prenantes, y inclus les futurs utilisateurs. Elle part du principe qu’il n’existe pas un modèle unique qui donne une solution à tous les problèmes économiques, sociétaux et environnementaux.

C’est pourquoi, pour ses futurs projets, le Fonds privilégie le travail collaboratif entre des équipes pluridisciplinaires au lieu des concours classiques entre bureaux d’architectes. Architectes, ingénieurs et paysagistes, experts externes et même habitants réfléchissent tous ensemble dès le lancement des projets.

L’expérience menée depuis 2015 autour de la Quartier Stuff, dont l’objectif est de mettre en avant la proximité et le dialogue avec le citoyen,  a montré qu’il existe un réel intérêt de la part des habitants de s’investir dans le façonnement de leur voisinage. C’est surtout pour l’affectation temporaire des terrains en friche, leur reconversion et le choix des activités futures dans le quartier, que les résidents sont consultés.

Parallèlement, les prescriptions urbanistiques, techniques et programmatiques (environnement, mobilité, gestion des ressources, efficacité énergétique, l’accès à un logement abordable et de qualité), auxquelles les projets urbanistiques et architecturaux doivent répondre, gagnent en complexité.

Le processus de co-création devra favoriser l’élaboration de concepts novateurs tout en faisant face à la poussée démographique et la pression sur le marché immobilier. Il permet d’intégrer à un stade précoce des réflexions en vue d’une réponse à tous ces enjeux.

Dernière modification le