Kuebebierg

Un quartier circulaire à impact positif

Le Fonds Kirchberg a développé une Charte d’urbanisation qui définit les objectifs et invariants urbanistiques et paysagers pour la partie « Kuebebierg », dernière grande réserve foncière à urbaniser, appartenant uniquement au Fonds.

Révéler la géographie et le paysage naturels et urbains : Le projet puise ses composantes fondamentales dans les caractéristiques environnementales naturelles et urbaines. La structure primaire de l’urbanisation, définie dans le plan des invariants, est composée d’une trame d’espaces publics reliant le Kuebebierg aux espaces urbanisés environnant et au grand paysage, d’une trame de mobilité organisée autour d’une nouvelle offre de transport en commun performant, d’une trame de biodiversité permettant d’articuler le futur quartier avec son environnement forestier.

Vers une co‐mobilité alternative à l’usage individuel de la voiture: La mobilité est pensée en termes de diversités des demandes afin de réduire la part de l’usage individuel de la voiture tout en ne limitant pas les possibilités de mouvement. Toutes les alternatives à l’usage individuel de la voiture sont favorisées et mises en valeur dans l’espace public. Cette approche nécessite une vision intégrée pour répondre aux enjeux de circulations et environnementaux contemporains.

Une ville des courtes distances : La ville des courtes distances vise à offrir un ensemble de services, d’équipements et d’espaces de proximité permettant de mener une vie quotidienne agréable en privilégiant les modes actifs. La desserte du tramway permet aussi de développer des pratiques complémentaires à l’échelle métropolitaine. L’offre d’un bouquet de services de mobilité permet en outre différentes pratiques territoriales indépendantes du tout voiture.

Une approche économe des ressources dans une infrastructure écosystémique : Le projet, par sa conception, ses implantations, ses formes, ses matières, cherche à profiter au mieux des ressources disponibles (soleil, vent, eau, perméabilité des sols, …) pour réduire les besoins des bâtiments (chaleur, froid, lumière) et des espaces urbains (éclairage, réseau, …) et simultanément, proposer des conditions de vie (confort, qualités sanitaires) optimales pour les habitants.

Vers une mixité sociale et une intensité urbaine : L’objectif du projet est de construire un environnement favorisant la mixité sociale, générationnelle et plus généralement de permettre une diversité de modes de vies.

Une stratégie dynamique : L’ambition du projet est de créer l’ensemble des conditions nécessaires pour atteindre des objectifs de qualité sociale, environnementale, paysagère. L’ampleur du projet et l’étalement de sa réalisation dans le temps, nécessitent de définir une stratégie dynamique globale et des objectifs intermédiaires. Ceci en tenant compte de la maturation progressive de l’offre urbaine tout en assurant des équilibres souhaitables dans l’entre-temps de l’urbanisation de l’ensemble du secteur. Il s’agit donc de construire une stratégie temporelle qui tienne compte à la fois des objectifs à long terme, des phases intermédiaires, des dynamiques générées par les différentes phases de transformation du secteur, des évolutions des modes de vie au cours de son urbanisation, de la possibilité d’évolutions de la ville au-delà de la programmation actuelle. La mise en oeuvre du projet urbain et sa réussite nécessitent de créer, dès les premières phases, les infrastructures et les ressources nécessaires pour assurer à la fois dans l’entre-temps et à terme une situation équilibrée, en particulier en ce qui concerne les ressources de proximité pour la vie quotidienne et les pratiques e mobilité.

Parallèlement, l’adoption du Fonds de l’approche inspirée « cradle to cradle », visant à générer des impacts positifs au niveau social, environnemental et économique tout en mettant le bien-être des individus au centre de ces démarches, a aboutie dans une définition de vision globale: Bien vivre en milieu urbain en symbiose avec son environnement. 

Sur cette base le Fonds a lancé en novembre 2019 une consultation rémunérée restreinte pour urbanistes, paysagistes et sociologues urbains en vue de l’élaboration d’un schéma d’urbanisation basé sur des études réalisées en amont ( mobilité, gestion de l’eau, énergie, environnement et compensations écologiques, économie et viabilité). L’annonce du résultat est prévue pour 2022.

Les objectifs par thèmes

Mobilité et espaces publics : créer la ville des courtes distances

Favoriser la mobilité active

  •  Création d’axes directs et sécurisés afin de développer un réseau attractif suivant l’objectif de la « ville des courtes distances » au Kuebebierg
  • Diversifier les modes et services de mobilité des personnes
  • mise en service d'une nouvelle ligne de tram

Limiter la circulation de la voiture

  • Un seul accès carrossable vers le quartier
  • Ratio ambitieux de 0,5 voitures par logement
  • Largeurs restreintes de gabarit pour transport individuel motorisé, des « shared spaces » à plusieurs types de mobilité et des zones à vitesse apaisée à 20 respectivement 30km/h.

Offrir des espaces, des services, des commerces et des équipements de proximité

Créer des parkings groupés pour voitures

  • créer des parkings regroupés rassemblant les stationnements pour les besoins des résidents, des visiteurs et offrant des services mobilité type car-sharing, vélos et autres (concept de « smart mobility hub »).

Offrir des espaces, des services, des commerces et des équipements de proximité

Favoriser le bien-être des habitants

  • Favoriser l’échange social
  • Créer une identité de quartier
  • Trouver l’équilibre entre la densité, la qualité de l’espace et l’intimité
  • Créer un environnement à l’échelle humaine
  • Promouvoir l’intégration d’espaces de verdure et de récréation

Energie

Maximiser la production d’énergies renouvelables

L’approche énergétique du quartier se base sur les quatre piliers suivants :

  •  Utiliser l’énergie de manière efficiente
  • Produire un maximum d’énergie renouvelable sur site
  • Stocker l’énergie pour couvrir un maximum des besoins en énergie sur site
  • Explorer des solutions innovatrices et pionnières

 

Eau

Valoriser les cycles de l’eau

  • limiter l’usage de l’eau potable aux applications à haute exigence de qualité (alimentaire, hygiène)
  • se servir des eaux de pluie et des eaux grises traitées pour les besoins d’irrigation, nettoyage, WC et d’autres usages afin de veiller à la réduction au maximum du gaspillage.
  •  Eau de pluie : 
    • Minimalisation de l’impact de l’urbanisation sur le contexte environnemental local. Conserver au mieux l’énergie potentielle de l’eau tout au long de son trajet (utilisation en cascades).
    • Rétention en toiture, à l’intérieur des ilots et dans les noues dans l’espace public, dans les bassins de rétention d’eau vers la canalisation.
  • Limiter les scellements de sol

Environnement naturel

Le plateau du Kuebebierg s’inscrit dans un environnement sensible marqué par la topographie et cerné au sud (vallon du Märtesgrond), à l’ouest (extrémité Ouest du plateau) et au nord (forêt de Grünewald) par des zones protégées qui se chevauchent partiellement (zone Natura 2000 et zone de protection d’intérêt national Kuebebierg).

Développer un urbanisme qui respecte ces zones protégées

  • Respecter des éléments naturels présents sur le site (par exemple par la conservation du verger existant)
  • Mise à distance de l’urbanisation des aires protégées à travers la création de zones tampons et d’espaces récréatifs au sein du quartier
  • Créer de couloirs Nord-Sud (relier les zones protégées et créer des couloirs pour la faune dont les chauves-souris et oiseaux) ainsi que des maillages écologiques
  • Créer des espaces optimisant les conditions climatiques et la qualité de l’air
  • Limiter les mouvements de terre favorisant un écoulement naturel des eaux pluviales et préservant la qualité du sol naturel

Privilégier un aménagement écologique au sein du quartier

  • Choix de plantations d’essences indigènes (création de prairie à la place des pelouses, végétation spontanée, rangées d’arbres, bosquets, arbustes…) adaptées au site
  •  Façades et toitures végétalisé
  • Implantation d’une ferme urbaine :
    • Participer à la stratégie d’une ville « courtes distances » par une production et vente local
    • Permettre le maintien de l’agriculture sur site et la conservation d’un patrimoine
    • Pédagogie et sensibilisation sur la provenance de nos aliments
    • Constituer une offre pour l’entretien des espaces verts publics au sein du quartier

 

Fiche technique

Surface: 33 ha

Nombre de logements: 3127

Approbation du 1er PAP NQ correspondant à la première phase d'urbanisation du Kuebebierg: 2025

Finalisation du nouvel axe structurant (Boulevard Kuebebierg): 2027

Mise en service du tram: 2028

Dernière modification le